Le Puma

(Puma concolor, Linné 1771)

Index

Retour Amérique

 

Banner Text Caractéristiques générales :

 

Classe

Mammifères

Ordre

Carnivores

Famille

Félidés

Genre

Puma

Espèce

Puma concolor

Taille

Peut grandement varier selon la sous-espèce d'où les écarts de taille importants.

Mâles : taille du corps de 100 à plus de 200 cm. Leur queue mesure 70 cm en moyenne.

Femelles : taille du corps de 90 à 200 cm au maximum. Leur queue mesure un peu plus de 60 cm en moyenne.

Poids

Peut grandement varier selon la sous-espèce d'où les écarts de poids importants.

Mâles : une soixantaine de kg en moyenne.

Femelles : une cinquantaine de kg en moyenne.

Maturité sexuelle

2 ans en général.

Longévité

une dizaine d'années.

 

Banner Text Répartition géographique actuelle et habitat :

Le Puma est un félin très éclectique ; il peut vivre dans les forêts tropicales jusque dans les prairies, en passant par les zones marécageuses voire le désert semi-aride.

Il vit également à des altitudes très variées : du niveau de la mer, jusqu'en haute montagne (on en a vu à plus de 5000 mètres!)

Haut de page

Banner Text Description physique :

 

A l'instar du Lion, le Puma a le pelage entièrement uni, fait relativement rare parmi les Félidés.
Sa couleur varie la plupart du temps d'une sorte de gris au fauve soutenu. Les variations de couleurs sont d'ailleurs notables selon la localisation géographique. La longueur du poil varie également selon ce dernier paramètre.

Sa tête est plutôt ronde, de même que ses oreilles ont une forme nettement arrondie.

Il est à noter, pour préciser le tableau des caractéristiques, que son poids varie selon son lieu d'habitation : en effet, les plus lourds vivent dans les zones les plus septentionales en particulier (Les Rocheuses Canadiennes) et les zones les plus australes (Patagonie). Les plus légers vivent aux latitudes intermédiaires.

Banner Text Territorialité :

Pour un mâle, un territoire peut facilement atteindre une centaine de kilomètres carrés. A l'instar des autres félins, celui d'une femelle est bien plus petit que celui d'un mâle.
Pour marquer leur territoire, les Pumas choisissent d'uriner dans des zones particulièrement en vue, aux frontières de leur "propriété".

Haut de page

Banner Text Comportement social et reproduction :

 

Solitaires hors période de reproduction, les Pumas se retrouvent pendant une courte période durant la saison du rut. Les deux partenaires se sépareront ensuite et le mâle n'interviendra pas dans l'élevage des jeunes, comme chez la majorité des félins.

La gestation durent environ 3 mois et les naissances s'étalent de février à septembre.
Juste avant la mise bas, la femelle va s'installer dans un abri, généralement une grotte ou un fourré. Elle donnera naissance à 2 à 3 petits en moyenne.

Il est intéressant de noter que les jeunes naissent entièrement tachetés (taches disparaissant environ à l'âge d'1 an)
Leur mère leur enseigne la chasse lorsqu'ils ont atteint l'âge de 3 ou 4 mois mais ils restent avec elle souvent au-delà de l'âge d'1 an.

La femelle met bas tous les 2 ans en moyenne.

Banner Text Comportement de chasse et alimentation :

Comme de nombreux félins, le Puma chasse préférentiellement la nuit, à l'aube ou au crépuscule plus précisément.


Son régime alimentaire varie un peu selon la latitude à laquelle il vit:
- En Amérique du Nord, il se nourrit de divers cervidés, rongeurs, mustélidés, oiseaux, insectes mais aussi d'ovins comme les Mouflons.
- En Amérique du Sud, il se nourrit de divers cervidés, camélidés en particulier.

 

Banner Text Statut actuel et mesures de conservation :

- Statut : Le Puma est classé dans la catégorie "Near Threatened" par l'UICN depuis 2002. Lors de la dernière étude, il était classé dans la plus basse catégorie ("Least Concerned"). Cela signifie qu'actuellement, l'espèce dans son ensemble n'est pas menacée à court terme. Cependant, il faut évidemment noter que le problème de la conservation reste posé car les effectifs de l'espèce vont en diminuer.
Au cours des prochaines années, il y a de grands risques que l'espèce soit de plus en plus menacée et atteigne le seuil suivant de l'UICN ("Vulnerable"). Il semble donc logique que sa protection va devoir être de plus en plus importante.

Cependant, il faut noter que deux sous-espèces atteignent, elles, le seuil critique, maximal, noté "Critically Endangered".
Il s'agit des sous-espèces Puma concolor coryi (ou Puma de Floride) ainsi que la sous-espèce Puma concolor couguar (ou Puma de l'Est et de l'Amérique du Nord, nommé en anglais "Eastern Puma").
Ces deux sous-espèces ont un effectif particulièrement limité (probablement actuellement mois de 100 individus). Il se pourrait même que la sous-espèce P. c. couguar ait complètement disparu. Ceci reste d'ailleurs sujet à débat actuellement.

 

Le principal danger qui guette le Puma est la chasse. En effet, tout au long de leur aire de répartition, il est considéré comme une menace pour le bétail et il devient ainsi la cible des fermiers en particulier ou d'autres chasseurs. Il faut d'ailleurs noter que face à ces attaques, un Puma n'a que peu de chances de s'en sortir : certaines techniques consistent à faire poursuivre l'animal par une meute de chiens qui va l'acculer dans un arbre. C'est là, sans défenses, qu'il sera abattu par le chasseur.

Puma concolor coryi

- Le Puma est également classé par la CITES dans son annexe II, qui réglemente sa chasse et son commerce.

Haut de page

Par ces diverses études, le Puma fait l'objet de diverses mesures de protection.
Sa chasse est normalement interdite dans de nombreux pays (une grand majorité d'Etats d'Amérique du Sud et d'Amérique Centrale, comme le Brésil, la Bolivie, et nombre des Etats voisins, dans Sud ainsi que le Honduras ou le Costa Rica au Centre)
Les Etats d'Amérique du Nord ne proposent qu'une chasse régulée, et c'est pourtant là que se trouvent les plus grands risques.

La plupart des actions de conservation sont, sur le terrain, basées sur des mesures de politique internationale (grâce à des organisation comme l'UICN, la CITES qui pousse les Etats à agir conjointement) mais aussi sur des mesure de politique propres à chaque Etat, sur leur sol.

De la même façon que pour l'UICN, la CITES classe les deux sous-espèces précitées dans un cadre différent. En effet, elles sont toutes les deux placées dans son Annexe I.
L'Eastern Puma (P. c. couguar) est totalement protégé sur toute sa surface de répartition supposée (Est du Canada et des Etats-Unis), à la différence des autres sous-espèces (dont la chasse n'est que régulée, rappelons-le).
Le Puma de Floride (P. c. coryi) est également totalement protégé.

Haut de page